Des chemins de vie au Quai des Arts

Greta Cork l’artiste qui peint l’invisible, un monde subtil sujet de plusieurs cheminements.

La vie quercynoise n°3756 du jeudi 9 novembre 2017

À la galerie du Quai des arts, jusqu’au 17 novembre l’artiste peintre et sculptrice, Greta Cork expose ses créations.

Dans la galerie, plusieurs cycles, plusieurs cheminements, plusieurs périodes se dévoilent. Tout un monde subtil, à l’image de l’artiste. Comme ce « chemin de vie », agencé dans la grande salle, composé d’une vingtaine de tableaux, de même format, qui retracent un cheminement sur plusieurs années (2015, 2016 et 2017…) sorte de parcours intérieur imprégné de symbolisme. Greta Cork explique « cest un travail entre le noir et le blanc, le yin et le yang. Cest tout un chemin. Jaime bien tout ce qui est Tao, les 5 éléments chinois et tout ce qui est couleur. En fait, je travaille beaucoup dans un monde de colorthérapie mais aussi avec le Yin et le Yang. Ça a commencé par le noir, avec leau, le silence, le Yin, le féminin. Un travail où jai dû aller chercher à lintérieur de moi en profondeur, parce qu’évidemment je travaillais beaucoup en couleur avec des tableaux très lumineux, très vifs. Il a fallu que je fasse un travail dintrospection sur moi-même par rapport à ce côté féminin, puisque dans le noir on n’a pas la sensibilité de la forme et de la couleur. Le yang c’est plus la mise en œuvre, l’aspect mouvement et avec le yin tout se complète. Ces tableaux sont plus ou moins figuratifs. Chacun peut y voir : des ailes, des écailles, un chat, un chevalier. En fait la peinture, c’est le miroir de soi. »

Des expressions multiples pour exprimer un ressenti délicat.

Greta Cork.

Greta Cork travaille souvent avec la couleur. Pour cette série, elle a dû aller explorer d’autres univers pour exprimer avec le blanc et le noir, des rapports de lumière, de matière. D’autres tableaux semblent s’inspirer de l’art ethnique, du fait qu’elle a vécu quelques mois en Australie. « Là-bas je ressens très bien les énergies qui me conviennent. Cétait pour moi une source dinspiration pour la couleur et le côté émotionnel. Ces créations sont des chemins de vie très divers. Quand je commence à travailler sur une création, je rentre dans un monde, une bulle où je suis linstrument de ce qui me traverse. Et par là même je découvre ce que jai fait tant dans le domaine de la peinture, quen sculpture. Je suis un instrument, un élément de liaison, une médiatrice. »

Ces tableaux sont aussi l’expression des différentes techniques qu’elle connaît : huile, acrylique, tempera, vernis à craqueler, pastel gras, encre… Chaque couleur à un impact particulier, et est relié à un élément. Cette artiste, malgré sa recherche du symbolisme, avoue n’être qu’une médiatrice du monde qu’elle perçoit. « Parfois quand je commence par une idée plus ou moins précise, le chemin va se faire de lui-même, en dehors de moi. Ce que jai prévu ne va pas forcément se réaliser mais je vais découvrir autre chose ». Rien n’est prémédité, prédéfini… Plusieurs univers à découvrir.

 

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.