Saint-Paul-Flaugnac. Ça bouge au chai Saint-Etienne

Actu Lot – la vie quercynoise n°3911 du jeudi 29 octobre 2020, Médialot dimanche 1er novembre 2020

Benoît Gisbert et Mathieu Quèbre duy Chai Saint-Etienne à Saint-Paul-de-Loubressac près de Castlenau-Montratier innovent avec un nouveau vin rouge.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Le chai Saint Étienne jouit d’un magnifique emplacement sur la commune de Saint-Paul-Flaugnac, près de Castelnau-Montratier dans le Lot. Avec sa petite église au milieu des vignes, ce domaine a un cachet fort sympathique.

A la tête du chai Saint-Étienne, depuis 2003, Benoît Gisbert et Mathieu Quèbre font perdurer l’histoire viticole familiale qui a débuté avec parents et grands-parents dans les années 1980.

Tous les deux sont passionnés par leur métier. Alors malgré la crise que la filière viticole traverse, ils ont mis à profit le temps du confinement pour refaire le site internet, développer des nouveaux vins et continuer la promotion du domaine.

Vignoble et coronavirus

Mathieu Quèbre, viticulteur au chai Saint-Etienne et président de la confrérie des vins des coteaux du Quercy, est plutôt soucieux quant à l’avenir de la profession.

L’exportation, la plupart des marchés gourmands annulés cet été, les salons, ont largement amputé les ventes et la promotion des vins. « Après le déconfinement, nous avons trouvé une petite vitesse de croisière, pour nos ventes, jusqu’au mois de juin. Mais l’annulation des grandes manifestations, où l’on vend toute une grosse partie de notre production aux particuliers, nous a touchés fortement. Sur les marchés que nous avons suivi, nous n’avons pas retrouvé nos clients habituels. C’était en grand partie des touristes qui sont venus. Le climat anxiogène a été déterminant pour certains » souligne-t-il avec un sourire confiant malgré tout.

Lors de la prochaine assemblée générale de la confrérie, toute la problématique de cette situation sera évoquée. Trouver des solutions, des aides, sera certainement la plus lourde tâche qui leur incombera afin de sauver la profession.

Benoît Gisbert et Mathieu Quèbre, à la tête du Chai Saint-Etienne © M-F P.

Nouveau site internet

Benoit-Gisbert et Mathieu Quèbre, même s’ils ne possèdent pas toutes les clés de la communication, sont très conscients que c’est un point qu’ils doivent améliorer.

Alors pendant le temps du confinement, ils en ont profité pour refaire à neuf le site internet en français et en anglais. Un site plus intuitif, fonctionnel : www.chaisaintetienne.fr, où l’internaute plonge aussi dans l’histoire familiale ainsi que la présentation des vins et de leurs particularités.

Vin de Pays du Lot

Sur le domaine Benoît Gisbert explique que son grand-père, Roger, a planté du jurançon noir. « Sur l’exploitation c’est un des plus vieux cépages. Sa particularité : son rendement. Il donne des vins de rosé clair ou des blancs si on le presse de suite. Et on peut en faire du rouge qui sera plus léger et fruité. C’est ce rouge, nommé « les verres en l’air » que nous avons lancé en septembre 2018 avec Mathieu pour une commercialisation en juin 2019 » explique Benoît Gisbert.

« C’est un cépage rare en lui-même. Il en reste très peu et maintenant ça revient « à la mode » de rechercher ce genre de cépage » rajoute Mathieu Quèbre.

IGP des côtes du Lot

Un nouveau vin rouge, 100 % Gamay, doit voir le jour fin 2020 ou 2021.

Benoît Gisbert précise le début de cette aventure « Le Gamay est un cépage très connu. C’est le fameux cépage, entre autres, du Beaujolais et du Gaillac primeur en vin rouge. Avec notre cousin Thomas Gisbert (importateur de vins français à Melbourne), nous avons remarqué que ce vin ressortait très bien. Alors on a réfléchit à une vinification particulière qui soit moins tannique, plus vif et nous avons travaillé le côté aromatique ».

Un autre IGP côtes du Lot, cette fois-ci, un blanc « très festif », dort encore dans les cuves mais devrait faire pour l’année à venir la belle surprise du chai Saint-Etienne.

« Avec Mathieu, il y a 4 ans nous avons décidé de planter 3 cépages en blanc : Viognier, Chardonnay et Mauzac. Ceci dans le but de répondre à une demande de plus en plus forte. Cette année c’est notre première récolte. Ce blanc sec et sucré, en attente d’un nom sera à déguster dans les mois à venir ».

Patience donc…

Trois nouveautés sur le chai en deux ans dénotent bien comment que Mathieu Quèbre et Benoit Gisbert se diversifient, s’adaptent, se lancent dans de nouveaux projets pour faire perdurer l’aventure viticole familiale.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.