Lot. Les Jumeaux et le chant : 25 ans de carrière

La vie quercynoise n°3833 du jeudi 2 mai 2019
Pour les Jumeaux c’est l’aventure de toute une vie qui continue de se fêter dans toute la France et le Lot.

Le duo des Jumeaux a à son actif plus de 1 500 concerts, des Olympia, des projets pédagogiques… Ils viendront fêter leurs 25 ans de carrière dans le Lot à Crayssac, le samedi 18 mai, à 21 h.

Qu’ils soient en duo, trio, quatuor ou avec de plus grandes formations, les chanteurs et frères jumeaux Gilles et Jérôme Noël arpentent depuis de nombreuses années les salles, les lieux de spectacles de la France entière, certains concerts les menant au-delà de nos frontières en Suisse ou en Espagne. Mais le samedi 18 mai, ils feront une halte à Crayssac, pour fêter avec le public leurs 25 ans de carrière.

Le duo « Les Jumeaux » qui s’est bâti une belle notoriété au fil des ans dans le milieu artistique, fervents défenseurs de la chanson française et loin du star-system, a réussi à faire d’une passion un métier. Gilles et Jérôme Noël envisagent l’avenir avec beaucoup de sérénité en souhaitant continuer à faire partager leur amour de la musique à la génération montante. Gilles précise « nous avons un projet qui se monterait sur les dix prochaines années : créer trois écoles de chant. On souhaite faire partager notre savoir-faire et tout ce qu’on a emmagasiné durant notre carrière, que l’on puisse le redonner à des jeunes qui commencent dans le métier. Nous avons été beaucoup aidés, c’est une chance et on voudrait aider les jeunes qui démarrent dans ce métier. On peut les épauler dans leurs démarches professionnelles. Il n’y a pas que The Voice, pour réussir dans ce métier, notre démarche est à l’inverse. On peut travailler professionnellement sans passer par la télé ».

Les jumeaux avec leur violoniste en concert prochainement pour fêter leur 25 ans de carrière© LVQ.

C’est avec beaucoup d’émotions, de souvenirs qu’ils se rappellent leurs 25 ans de carrière.

Qu’est-ce qui vous a prédestiné à mener une carrière de chanteur ?

Depuis tout petit dès l’âge de 5-6 ans, ma mère s’est aperçue que l’on chantait tout le temps, et nous n’en avions pas vraiment conscience mais ça nous a jamais quittés. C’est surtout notre frère aîné qui écoutait les chansons françaises. Serge, qui a 13 ans de plus que nous. Il adorait Michel Sardou. On a été bercé par tous les chanteurs français du moment. On absorbait tout ce qu’il écoutait. Le chant a toujours fait partie de notre vie depuis tout petit. Je (Gilles) me souviens de nos tout premiers débuts : nos parents avaient un studio à Sète, avec une petite sono sous le bras on allait taper aux portes des bars pour chanter. On allait un peu à l’improviste et on chantait. Puis nous avons fait nos études jusqu’à l’obtention du BTS force de vente. Et notre papa nous a dit après votre BTS vous ferez ce que vous voulez.

À l’âge de 21 ans en 1993, notre papa a eu la riche idée d’envoyer une K7 vidéo à Sacrée Soirée, présentée par Jean-Pierre Foucault. Il y avait une rubrique jeunes talents. Mon père sans convictions aucune avait enregistré une prestation que nous avions donnée sur Rodez. Nous avons été sélectionnés et nous avons gagné par deux fois. C’était magnifique, même si c’était impressionnant parce qu’on chantait avec l’orchestre René Coll. Du coup ça nous a propulsés. Ainsi on a pu démarrer notre carrière de suite.

 Comment ont été vos débuts ?

Après Sacrée soirée nous avons fait l’émission de Pascal Sevran. Dans l’une des émissions il y avait Michèle Torr, qui est tombée sous le charme de nos voix. Elle nous a dit simplement : est-ce que vous voulez faire six soirées à l’Olympia en première partie ? Puis nous avons fait beaucoup de 1re partie de chanteurs : Francis Cabrel, Daniel Guichard, Hervé Vilard, Patricia Kaas…

Ensuite en 1996, on a fait un stage avec Francis Cabrel, d’auteur-compositeur et interprète. Il a été très gentil, plein de conseils. Il nous dit, et ça reste encore dans nos têtes après 25 ans de carrière : si vous voulez durer dans ce métier, il faut que vous ayez des musiciens et vos propres chansons.

Et c’est ce que nous avons développé. En 1996 on a monté une équipe de musiciens et on a écrit nos propres chansons. Après on s’est fait aider pour la composition, les arrangements grâce à Hervé Bézamat (guitariste, auteur et arrangeur…). C’est une personne clé dans le groupe des Jumeaux. Sans lui on n’aurait pas pu arriver au niveau des albums qu’on s’était donnés. Aujourd’hui, parmi nos reprises, les arrangements nous avons nos propres compositions : environ 70 chansons et 5 albums.

 Vous avez un parcours atypique puisque c’est loin des producteurs que vous menez votre carrière…

On a jamais voulu avoir de producteur. On est resté dans un côté très artisanal. C’est notre particularité. On aime notre métier à 120 % sans faire de concession. On est tombé sur des producteurs qui nous proposaient des choses qui ne nous intéressaient pas, mais on est jamais rentré là-dedans. On préfère rester petit et moyen que de faire des choses qui ne nous correspondent pas. En fait, ça a limité le champ de parasites et on a mené notre carrière comme un petit artisan et nous en sommes fiers. On ne doit rien à personne. Mais surtout, c’est un côté très important pour nous, nous n’avons pas dénigré notre vie de famille.

 Quel est votre souhait ?

Se donner les moyens de ne pas arrêter, de ne pas abandonner. Que ça dure encore longtemps et travailler sur de nouvelles chansons.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Réservation et renseignement : 06 42 55 26 09.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.