Cahors 14-18, les greniers de l’histoire. Découvrir les Archives départementales et le Grand Mémorial

Les archives départementales à Cahors © MFP

La vie quercynoise n°3808 du jeudi 8 novembre 2018

 MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

En ces temps de commémorations de la guerre 14-18, de nombreuses communes, particuliers sont venus retrouver des traces historiques des Lotois engagés dans cette grande guerre.

Cette année marque le centenaire de la guerre 1914-1918 avec bon nombre de commémorations à travers la France. C’est un pan d’histoire, une guerre qui a marqué les esprits. Aujourd’hui il ne reste plus de poilus pour témoigner, pour parler, relater des conditions de vie. Mais depuis des années, un travail de collecte de témoignages s’organise grâce à des passionnés d’histoires, des institutions telles que les archives départementales, des associations… afin de permettre aux générations actuelles et futures de garder vivant ce fameux devoir de mémoire et d’avoir accès à ces documents. Aujourd’hui avec tous les outils numériques existants, il est presque aisé de pouvoir remonter le temps et de découvrir l’histoire de vie de parents ayant fait cette guerre, de mieux appréhender l’environnement de cette période bien trouble. Et les archives départementales sont une aide, une vraie mine de renseignements pour commencer des recherches sur la vie d’un parent, d’un aïeul engagé dans cette guerre.

Les archives du Lot

Basée dans le cœur de Cahors, celles-ci regorgent de documents variés : état-civil (du début du XVIIe siècle jusqu’à 1902), des listes nominatives de recensement de population de 1836 à 1911, des plans du cadastre napoléonien, des registres matricules des conscrits des classes de 1887 à 1911, des tables de décès, des collections de journaux (Journal du Lot de 1861 à 1944, et L’écho des Gourbis de 1915 à 1918…). La plupart des documents numérisés sont accessibles par internet.

Si la généalogie est une grande part d’activité des archives départementales, il n’est pas rare de trouver des « chercheurs » soucieux de vérifier des versions sur l’histoire de sites spécifiques, de découvrir des ambiances et des contextes d’époques précises parmi les documents accessibles au public.

Le Centenaire

Depuis 2014, de nombreuses archives militaires ont été versées aux archives départementales, ainsi que des carnets poèmes, des fonds privés sur cette période de 14-18. Ce qui en fait un lieu presque incontournable pour retrouver, et recomposer la vie d’un parent engagé dans la 1re guerre mondiale. Avec un nom, une date et un lieu de naissance, le parcours d’un soldat peut être retracé depuis son incorporation jusqu’à sa mort ou son retour à la vie civile car tout est scrupuleusement consigné dans les registres. Les informations sont parfois ténues mais toujours intéressantes de par les petits détails qui dessinent malgré tout une personne.

Ces fiches matricules sont publiques, chaque homme qui faisait son service militaire, est consigné et cela jusqu’au dernier appelé du contingent.

Le Grand Mémorial

Dans le cadre des commémorations, beaucoup plus de demandes sont perceptibles au niveau des consultations dans les archives, sur les différents sites internet dédiés. Aussi, en dehors des archives départementales, d’autres institutions permettent d’affiner des recherches sur les soldats. Par exemple il existe une banque de données nationale qui s’appelle le Grand Mémorial, où toutes les fiches matricules sont indexées. Initié par le ministère de la culture, il a été mis en place dans le cadre du centenaire. Pour le Lot, le Grand Mémorial recense environ 53 000 Lotois des classes 1887 à 1921. Cette opération à échelle nationale a pu se concrétiser grâce à l’indexation de tous les patronymes contenus dans les registres matricules mis en ligne par les Archives départementales. Ces données ont ensuite été versées dans la base du Grand mémorial.

Le but de tous les projets porteurs tel que celui-là est d’offrir à tous les Français la possibilité de retracer l’histoire de vie d’un soldat de leur famille.

D’autres ressources

En parallèle de ce site, il existe le site « mémoire des hommes ». Il reprend toutes les fiches des morts pour la France. De plus, en complément sur ce site, il y a les journaux de marché d’opération, c’est-à-dire le journal de chaque régiment. Les fiches permettent de connaître le niveau d’instruction, le métier, là où les soldats étaient affectés, s’ils ont eu des blessures…

Autre site à consulter « sépulture de guerre », c’est une base qui permet de trouver la sépulture d’un soldat que ce soit dans une nécropole nationale ou un cimetière militaire…

Grâce à la numérisation des documents, les archives deviennent une mémoire vivante qui s’ouvrent au regard de toute personne curieuse d’histoire ou passionnée.

Ressources :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.