Rencontre avec Guillaume Dreyfus, documentariste

Photo du documentaire d’Hygiène raciale. (©Guillaume Dreyfus)

La Vie Quercynoise n°3756 du jeudi 9 novembre 2017

Le réalisateur du Lot a présenté plusieurs films à l’occasion du Mois du film documentaire à Cahors.

Germaniste aguerri, Guillaume Dreyfus est un homme réservé, discret mais bien déterminé, tel un détective, à se plonger dans les faces cachées de l’histoire, celles qui ne sont pas dévoilées dans les livres scolaires. Il est venu dans le mois du film documentaire présenter des films inédits à Cahors qu’il a réalisés « Hygiène raciale » et « Les déserteurs de la Wermacht ». Souvent il vient séjourner dans le Lot qu’il apprécie beaucoup. Il a accepté de raconter à la Vie Quercynoise ce qui l’inspire et son parcours qui l’a mené jusqu’à la réalisation.

Germanophile

« Ce n’est pas par hasard si mes documentaires traitent souvent de l’Allemagne. Après avoir fait des études sur la littérature, l’histoire, la civilisation allemande, j’ai pu constater que certaines choses n’étaient pas abordées. » souligne Guillaume Dreyfus. Ce constat l’a mené à vouloir se lancer dans le documentaire. Ce qui l’intéresse, c’est de traiter des sujets, des angles morts qui ne sont pas abordés ou exposés au grand jour. Comme par exemple son premier documentaire qu’il a fait sur le Lot en 2001, plus précisément sur le village de Varaire qu’il habite depuis les années 70, sur l’histoire de la vie religieuse. Il explique : « c’est une histoire pas cachée mais une histoire que je découvrais sur des gens que je connaissais très bien. Surtout quand ils me racontaient les années de la vie religieuse des années 20, 30, 40, c’était pour moi la découverte d’un monde inconnu. Et ce qui m’intéressait, c’était de voir aussi comment les gens se rappelaient cette période, comment ils l’avaient vécu. » Ensuite, son côté germanophile va l’attirer vers des zones plus sombres de la seconde guerre mondiale. Avec « Les déserteurs de la Wehrmacht », le documentaire se base sur « l’histoire des soldats allemands appelés durant la guerre et qui pour une raison ou une autre ont déserté. Il faut savoir que les soldats allemands prêtaient tous serments à Hitler. Ces soldats qui ont déserté ont eu des problèmes après 1945 en Allemagne. Et c’est cette question-là qui m’interrogeait » dit-il en précisant comment il a pu, grâce à un réseau associatif, rentrer en contact avec des témoins qui ont dépeint l’atmosphère de l’époque, le pourquoi de leur décision, les difficultés, et la reconnaissance qui a été si difficile à faire valoir.

Puis en 2012, il va traiter d’un sujet plus épineux qui continue d’être toujours d’actualité mais sous des formes différentes : l’eugénisme. C’était une idée très populaire dans les pays d’Europe dans les années 1900 qui consistait à empêcher la naissance de certains individus jugés inaptes, malades… Puis des politiques se sont approprié ce courant et 3 pays sont devenus des sortes de protagonistes dans le développement de l’eugénisme : les États-Unis, l’Allemagne et la Suède. Ce qui a conduit à certaines dérives. Ce documentaire a obtenu trois distinctions, plusieurs diffusions sur des chaînes nationales. Pour Guillaume Dreyfus, il reste encore des questions à aborder, peut-être cela fera-t-il l’objet d’un autre documentaire.

Les projets

En ce moment, il prépare un film sur le portrait d’une personne, qui à partir de quelques documents va se lancer à la recherche de ses grands-parents lituaniens. En toile de fond se profile aussi une partie de l’histoire allemande : « Meyer et Rachel, mes fantômes lituaniens ». Un autre projet, ou plutôt un souhait, est axé sur des habitants des commune de Varaire et de Limogne qui sont partis vivre en Amérique pour le travail.

Guillaume Dreyfus est un découvreur de l’histoire à sa façon. Il aime aborder les faces cachées, soulever des voiles, faire apparaître certaines vérités parfois dérangeantes. Mais surtout, il s’attache à l’histoire des gens et de ce qu’ils peuvent apporter comme éclaircissement à une vision globale qui n’interroge pas souvent.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.