J’irai dormir chez vous selon les moscoutaires

La Vie Quercynoise n°3740 du jeudi 20 juillet 2017

Les petits français découvrent la douceur de vivre à la russe…

L’aventure Paris-Moscou continue avec son lot de rencontres et d’incidents…

L’aventure cycliste Paris-Moscou, de trois compagnons de route Jean-Pierre Combes, Raymond Margaillan et Patrice Prié, qui a débuté le lundi 29 mai a connu moult péripéties depuis le point de départ au kilomètre zéro devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Leur début a été marqué par un accueil très chaleureux en Belgique, soutenue par une belle chaîne de l’amitié qui a rendu la traversée agréable durant trois jours consécutifs. Sur ce genre de trajet, ce qui est à craindre en premier, c’est le temps. Tous les trois son d’avis qu’ils n’ont pas été du tout gâté « monter la tente sous la pluie, démonter sous la pluie, rouler sous la pluie et recommencer avec parfois du vent » soulignent Raymond et Jean-Pierre n’a pas été facile, ni agréable. Malgré ces désagréments le moral des troupes, si parfois a connu des baisses de régime, n’est pas entamé. Ce qu’ils regrettent vivement c’est la difficulté de visiter des endroits superbes sans pouvoir laisser leurs vélos avec tout le matériel dans des endroits sécurisés. Une difficulté qu’ils n’avaient pas envisagé lors des préparatifs. Pour Patrice l’émerveillement, le bon côté de cette épopée c’est « la découverte continuelle de nouveaux paysages, de nouvelles villes et villages. Particulièrement les abords de la Baltique, Lübeck et Wimar. Ce qui est moins évident c’est la difficulté à rentrer en contact avec les gens quand la barrière de la langue est bien trop forte ». Paris – la Belgique – la Lettonie, les voici enfin sur le territoire Russe depuis le 9 juillet. Ils doivent encore pédaler 500 km avant d’arriver à Moscou.

L’accident et un formidable réseau de solidarité se met en place

Après quelques jours, en pleine campagne russe, un des compères Jean-Pierre a fait une mauvaise chute sur un chemin sableux. Il se casse la clavicule. Organiser les secours sans connaissance de la langue n’a pas été évident. Mais il a pu être rapatrié en France pour une opération. Et il sera bien présent à la fin du mois à Moscou pour accueillir ces deux compagnons qui ont eu du mal à retrouver du coeur à l’ouvrage pour continuer la route.

Rencontre improbable qui redonne le moral aux cyclistes

Heureusement quelques hasards, s’ils en existent, de la vie ont fait qu’ils ont croisé un couple Tatiana et Alexis, qui durant le temps d’un week-end les ont hébergés et initiés à la douceur de vivre à la Russe : mets locaux, vodka (avec modération!), bania, pêche, visite en forêt… Rencontre incroyable dont l’accueil, la générosité les ont beaucoup touchés. Tout ce qu’il fallait aux cyclistes pour repartir gonflé à bloc. Une version quercyno-russe de « j’irai dormir chez vous » qui montre bien qu’il existe des personnes généreuses, et curieuses de partager des cultures différentes. Que cette rencontre puisse en augurer d’autres tout aussi enrichissantes. Bonne route !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.