La grange du Levat change de propriétaire

La vie quercynoise n°3710 du jeudi 22 décembre 2016

La famille Cauboue au complet.

Mme Rose Mirouze a dirigé aux côtés de son mari pendant presque 32 ans, la grange du Levat à Saint-Paul de Loubressac. Pour elle ce ne sont que des bons souvenirs qui sont attachés à ce lieu. De grands noms sont venus à leurs tables : Georges Coulonges, Maurice Faure, Bernard Charles…Elle se souvient que cela a représenté beaucoup de travail mais du routier qu’ils ont acheté en 1974, ils en ont fait un restaurant, accueillant, chaleureux qui au fil des années a acquis une belle renommée. Maurice Mirouze, en cuisine, a su mettre en valeur la cuisine régionale. Et le caractère bon vivant, volubile et toujours de bonne humeur dont se rappelle, avec émotion, sa femme a rendu ce restaurant chaleureux. Au décès de son mari, en 2011, c’est un couple venu du nord, Nathalie et Arnault Verbrouk qui prend la relève des fourneaux. Et maintenant depuis fin novembre, c’est toute une famille qui vient remplacer le couple Verbrouk : la famille Cauboue. Jean-Pierre Cauboue, le chef de famille, assure la gérance. Il a travaillé durant 3 ans et demi, en tant que directeur commercial, dans l’entreprise de conserverie Catus à Montdoumerc. Avec ces 32 ans d’expérience dans l’alimentation, les métiers de bouche sont des domaines qu’il connaît bien et aux côtés de son fils Samuel les projets ne manquent pas.

Le projet familial

Avant d’acquérir le restaurant, Jean-Pierre Cauboue et son fils Samuel (cuisinier) discutent longuement sur ce qu’ils peuvent projeter avec ce restaurant. Le temps des réflexions, passé Jean-Pierre Cauboue entraîne sa petite famille dans ce projet de reprise. Quelques rénovations s’imposent et le restaurant de la Grange du Levat peut déjà ouvrir ses portes le lundi 28 novembre.

Le vendredi 9 décembre, la famille au complet accueillait, pour l’inauguration, de nombreuses personnes du canton. Jean-Pierre Cauboue, autour d’un buffet divers présentait un avant-goût des mets qu’ils peuvent proposer. Les quelques 70 personnes présentes ont apprécié avec plaisir les différentes mignardises et verrines sucrées ou salées. Durant toute la soirée il s’est largement exprimé sur l’évolution qu’il souhaite donner au restaurant : travailler un maximum avec des produits locaux, des produits frais. Il a déjà prospecté pour rencontrer des artisans de Saint-Paul, de Castelnau-Montratier… Avec son expérience il souhaite développer toute une gamme de produits traiteurs à emporter. Le travail en famille, peut parfois rebuter, mais une grande complicité entre le père et le fils existe. L’entente est bonne d’autant plus que chacun garde ses domaines de compétences tout en apportant une complémentarité à l’autre dans le travail.

Le lendemain de l’inauguration, la famille Cauboue ne boudait pas son plaisir de savoir que les gens ont apprécié. Les retours sont très positifs. Jean-Pierre Cauboue souligne l’importance de la convivialité qu’il veut conserver dans ce restaurant : « à ce titre, le soir de l’inauguration je ne souhaitais pas faire de discours mais plutôt aller à la rencontre des personnes. Expliquer mon parcours, nos objectifs même si j’ai du me répéter un bon nombre de fois ». La particularité de la famille, c’est qu’ils font tout eux-mêmes. Samuel met un point d’honneur à élaborer sa carte au fur et à mesure des produits de saison, en ayant le souci de « rester dans une cuisine traditionnelle tout en faisant évoluer la carte et les produits traiteurs » comme il le souligne. Un bon restaurant est un gage pour faire vivre tout un village. D’ici quelques temps, Nathan, le deuxième fils, terminera son parcours diplômant de pâtissier et viendra gonfler les rangs de la petite équipe familiale. Jean-Pierre Cauboue, finit en ayant quelques mots pour Mme Mirouze « c’est une femme exceptionnelle. Elle était très contente de voir la relève. Et puis j’ai repris ce restaurant parce qu’il y a une âme. D’ailleurs hasard ou pas, une horloge qui ne marchait plus, s’est remise en fonction le jour où nous avons signé les papiers… »

Il ne leur reste plus qu’à leur souhaiter une belle longévité.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.