Flaugnac-Toulouse. Exposition de Karine Veyres

©Karine Veyres.

Actu Lot n°3817 du jeudi 10 janvier 2019

L’artiste flaugnacoise Karine Veyres n’est plus à présenter. Depuis longtemps elle participe à différentes expositions ou résidences, va fouiller dans des univers, des imaginaires sobres mais très évocateurs. Avec toujours cette couleur rouge présente, omniprésente, fil rouge de la quarantaine de dessins et gouaches qui seront présentés au Centre Culturel Henri-Desbals à Toulouse. Exposition sur le thème « Glissement – Des natures exubérantes aux métamorphes » à voir jusqu’au 5 mars 2019.

Publicités

Flaugnac. Soirée occitane

Actu Lot n°3817 du jeudi 10 janvier 2019

L’équipe du 3e lieu a bien fini l’année 2018 avec un magnifique concert le duo Nathalie (chant) et Camille (violoncelle) Delbreil où beaucoup de monde était présent. Alors pour bien commencer cette nouvelle année 2019, le 3e lieu organise une soirée occitane, samedi 12 janvier 2019, à la salle des fêtes de Flaugnac.

Au programme : Lire la suite

Castelnau-Montratier – Recensement 2019

Actu Lot n° 3817 du jeudi 10 janvier 2019

À partir du jeudi 17 janvier et jusqu’au samedi 16 février se déroulera le recensement de la population. Un agent recenseur se présentera à chaque domicile muni d’une carte officielle pour remettre les questionnaires concernant le logement et les personnes à recenser. Votre participation est essentielle et est rendue obligatoire par la loi, mais c’est avant tout un devoir civique. Les agents recenseurs de la commune sont : Alexandrine Filles, Liliane Lacôme, Anne-Marie Robert, Mélanie Boyer et Jean-Paul Garrigues.

Le recensement et moi

Sur ce site vous trouverez toutes les réponses à vos questions :

  • À quoi ça sert : ouvrir une crèche, installer un commerce, construire des logements ou développer les moyens de transports…
  • Comment ça marche : un agent recenseur recruté par la mairie se présente à chaque domicile. Il vous remet vos identifiants afin de répondre au questionnaire en ligne. Si vous ne pouvez pas répondre en ligne, la réponse papier est possible. Ensuite ? C’est l’Insee qui travaille pour analyser toutes les données !
  • Et pour moi ?

Castelnau-Montratier. Safran d’oc primé

Produits à base de safran © Safran d’oc.

Actu Lot n°3817 du jeudi 10 janvier 2019

En novembre 2018, La Vie Quercynoise (Actu Lot), mettait à l’honneur un nouveau safranier, David Vialle qui a installé sa plantation sur les coteaux castelnaudais. Cette safranière est inscrite au conservatoire botanique du safran du Quercy, le Safranério ce qui garantie une belle qualité. Ayant développé tout une gamme à base de safran (miel, sirop, liqueur, sel…), le Safran d’oc vient d’obtenir pour la deuxième année consécutive 3 étoiles au concours « safranissime ». Une belle distinction qui récompense largement le travail et la qualité du safran qu’il propose.

Castelnau-Montratier. Oh les produits locaux…

Noé Maury © M-F Plagès.

Actu Lot n° 3817 du jeudi 10 janvier 2019

Installé depuis 3 ans, le café le 17, tenu par Noé Maury, est comme tous les commerces castelnaudais très investis dans la vie locale. Noé Maury soutien au maximum toutes les animations proposées par les associations, qu’elles soient sportives, culturelles. Cela représente parfois un budget non négligeable mais essentiel pour réaliser et pérenniser les différentes actions entreprises qui font vivre le territoire. Lire la suite

Castelnau-Montratier : La culture dans tous ses états, seul credo des Amis de la Maison Jacob

Marc Lécureuil © MF Plagès.

Médialot mercredi 9 janvier 2019,  Actu Lot jeudi 10 janvier 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Après un bon cru l’an dernier, l’association est déjà tournée vers 2019.

C’est inscrit depuis longtemps, la salle d’exposition des Amis de la Maison Jacob est un haut-lieu culturel. De très nombreux artistes connus, débutants, confirmés, internationaux sont venus toujours avec le même plaisir y accrocher leurs toiles ou leurs différentes créations. L’an dernier c’est environ une trentaine d’artistes qui y a exposé. Parmi les grands noms, on peut citer Thierry Roche, Robert Montaudoin, Bernadette Vialas, Jean Astruc. Il y a eu au moins de novembre une belle découverte avec le célèbre photographe Marc Lécureuil. Progamme 2019…. Lire la suite

Castelnau-Montratier : « Les Douceurs de Lili », sur le chemin des abeilles

Élisabeth et Guillaume Lavoriero © M-F Plagès

Médialot lundi 7 janvier 2019, Actu Lot jeudi 10 janvier 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS
Les apiculteurs transhumants sont installés à Divillac.

Guillaume et Elisabeth Lavoriero, originaires de l’arrière-pays de Menton, exercent un métier un peu méconnu :  apiculteurs transhumants. De leur petit village varois, ils ont souhaité, à l’image de leurs abeilles, transhumer vers d’autres horizons. Fort de défendre des valeurs, un savoir-faire et pour qu’ils soient reconnus et  appréciés dans les produits qu’ils proposent, ils ont cherché un nouveau lieu pour s’installer. Au gré de leurs pérégrinations, tous les deux sont tombés amoureux du Quercy, de sa gastronomie, de son bien vivre. « Le Sud-Ouest nous a accueillis en mai 2018 avec nos 3 enfants. Nous avons redémarré l’intégralité de notre activité » précise avec un sourire Elisabeth Lavoriero.  Installés à Divillac, ils ont aménagé leur laboratoire de fabrication ainsi qu’un lieu de vente à côté de leur maison principale. Dans cet atelier ils mettent en pot leurs différents miels, confectionnent des chocolats, nougats, biscuits, pain d’épice et bonbons à base de miel. A les voir tous les deux si investis, il est certain qu’ils ont fait le bon choix. Dans la famille Lavoriero, l’apiculture est l’histoire de toute une vie. Depuis 1985, Marc et Catherine Lavoriero, les parents de Guillaume pratiquent la transhumance des abeilles. De leurs ruchers ils extraient divers miels et réalisent des produits dérivés. C’est dans ce milieu familial que Guillaume Lavoriero a tout appris du métier d’apiculteur qui demande beaucoup d’expérience et d’exigence.  Il exerce son métier en tant que professionnel depuis plus de 12 ans. La transhumance des abeilles permet de déplacer des ruches, plutôt de nuit, pour les amener vers un lieu de floraison choisi. Cela implique pour un rucher d’environ 80 ruches de faire une dizaine de déplacements, sur l’année, soit pour les déplacer ou les protéger d’éventuelles attaques : maladie, sangliers, acte de malveillance … La transhumance permet d’obtenir différentes miellées : acacia, fleur de Montagne, lavande… Lire la suite