Castelnau Mtier-Ste Alauzie. Comment sortir des produits phytosanitaires ?

Actu Lot / La vie quercynoise n°3892 du jeudi 18 juin 2020
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Alors qu’un « plan de sortie du glyphosate » concernant les agriculteurs doit se mettre en place, certaines exploitations trouvent que la transition n’est pas sereine.

Au lieu-dit Coussol, Sylvain Longueville et son père Jacques, souhaitent témoigner de toutes leurs interrogations. L’exploitation familiale qui a démarré avec de la production de légumes vend particulièrement aujourd’hui, en gros ou demi-gros, de mi-août à mi-octobre, des raisins de table : centennial (sans pépins), chasselas, damlas, muscat, Alphonse-lavallée, Ribol.

Aujourd’hui ce que la loi veut imposer, la transition agroécologique n’est pas encore actée, c’est de ne plus utiliser de produits phytosanitaires pour, en ce qui concerne l’exploitation familiale des Longueville, désherber les rangs de vigne.

Du coup c’est le retour au machine d’antan comme la décavillonneuse, pour faire ce travail. Celle-ci retourne le « cavaillon » qui est au pied des souches afin d’éliminer les mauvaises herbes à la sortie de l’hiver.

« On revient à la culture d’il y a 100 ans. Cela demande plus de travail car il faut passer plusieurs fois entre les rangs et les inter-rangs. Avant d’interdire un produit il faudrait en trouver un de rechange » se défend Jacques Longueville. Il a vu passer de nombreux produits phytosanitaires bien plus toxiques « Des pesticides violents » comme il souligne.

Lire la suite