Dédicace. Ganja et chevrotine de Patrick Chereau

Patrick Chereau qui vient d’éditer son premier roman noir © M-F Plagès

La vie quercynoise n°3791 du jeudi 12 juillet 2018

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Le parcours d’un écrivain de roman noir est parfois tout aussi mystérieux et déroutant que les personnes qu’il dépeint. De chirurgien dentiste à auteur de polar, Patrick Chereau a osé passer le cap. Attiré par l’écriture, depuis longtemps, il confie « j’ai toujours écrit des poèmes, des petites nouvelles, un conte, des chansons. Puis sur les 3 enfants que j’ai, deux ont eu des mésaventures qui m’ont largement inspiré pour le titre de mon livre. Le 1er s’est fait arrêter pour avoir fumé la ganja, et le 2ème a été interpellé car il ne possédait pas de permis de chasse. À la suite de ces incidents j’ai pris un cahier et j’ai marqué « Ganja et Chevrotine ». Je me suis dit que cela allait être le début d’un roman noir». Patrick Chereau a commencé à composer son roman qu’il voulait intemporel, placé dans un univers local, avec des figures atypiques « Mais quand on écrit un livre il faut être plongé à l’intérieur et s’y consacrer. Du fait de mon travail je l’ai laissé de côté. À la retraite je m’y suis remis » confie-t-il. Après c’est la longue aventure de recherche d’éditeurs. Les débuts d’un nouvel auteur n’inspire guère les grandes éditions. C’est donc auprès d’un éditeur de Villeneuve/Lot, les éditions du Bord du Lot, que son projet a pu aboutir. Ganja et Chevrotine est dans le bac de toutes bonnes libraires et magasins de presse locaux depuis le mois de mai.

Ganja et Chevrotine est construit comme Lire la suite