Coronavirus. Des initiatives locales des producteurs du Quercy-Blanc

Médialot vendredi 27 mars 2020
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Sur Castelnau Montratier – Sainte Alauzie comme partout sur le territoire Français, chacun vit au jour le jour, et suivant les annonces gouvernementales qui contrôlent plus le confinement et réduisent les marchés ouverts.

Les producteurs, agriculteurs, commerçants face à une telle situation, sans précédent, doivent s’adapter tous les jours pour faire face et continuer de vendre leur marchandise.

Voici une liste non exhaustives des petits producteurs locaux

Lire la suite

Castelnau-Montratier : « Les Douceurs de Lili », sur le chemin des abeilles

Élisabeth et Guillaume Lavoriero © M-F Plagès

Médialot lundi 7 janvier 2019, Actu Lot jeudi 10 janvier 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS
Les apiculteurs transhumants sont installés à Divillac.

Guillaume et Elisabeth Lavoriero, originaires de l’arrière-pays de Menton, exercent un métier un peu méconnu :  apiculteurs transhumants. De leur petit village varois, ils ont souhaité, à l’image de leurs abeilles, transhumer vers d’autres horizons. Fort de défendre des valeurs, un savoir-faire et pour qu’ils soient reconnus et  appréciés dans les produits qu’ils proposent, ils ont cherché un nouveau lieu pour s’installer. Au gré de leurs pérégrinations, tous les deux sont tombés amoureux du Quercy, de sa gastronomie, de son bien vivre. « Le Sud-Ouest nous a accueillis en mai 2018 avec nos 3 enfants. Nous avons redémarré l’intégralité de notre activité » précise avec un sourire Elisabeth Lavoriero.  Installés à Divillac, ils ont aménagé leur laboratoire de fabrication ainsi qu’un lieu de vente à côté de leur maison principale. Dans cet atelier ils mettent en pot leurs différents miels, confectionnent des chocolats, nougats, biscuits, pain d’épice et bonbons à base de miel. A les voir tous les deux si investis, il est certain qu’ils ont fait le bon choix. Dans la famille Lavoriero, l’apiculture est l’histoire de toute une vie. Depuis 1985, Marc et Catherine Lavoriero, les parents de Guillaume pratiquent la transhumance des abeilles. De leurs ruchers ils extraient divers miels et réalisent des produits dérivés. C’est dans ce milieu familial que Guillaume Lavoriero a tout appris du métier d’apiculteur qui demande beaucoup d’expérience et d’exigence.  Il exerce son métier en tant que professionnel depuis plus de 12 ans. La transhumance des abeilles permet de déplacer des ruches, plutôt de nuit, pour les amener vers un lieu de floraison choisi. Cela implique pour un rucher d’environ 80 ruches de faire une dizaine de déplacements, sur l’année, soit pour les déplacer ou les protéger d’éventuelles attaques : maladie, sangliers, acte de malveillance … La transhumance permet d’obtenir différentes miellées : acacia, fleur de Montagne, lavande… Lire la suite