Flaugnac-Toulouse. Exposition de Karine Veyres

©Karine Veyres.

Actu Lot n°3817 du jeudi 10 janvier 2019

L’artiste flaugnacoise Karine Veyres n’est plus à présenter. Depuis longtemps elle participe à différentes expositions ou résidences, va fouiller dans des univers, des imaginaires sobres mais très évocateurs. Avec toujours cette couleur rouge présente, omniprésente, fil rouge de la quarantaine de dessins et gouaches qui seront présentés au Centre Culturel Henri-Desbals à Toulouse. Exposition sur le thème « Glissement – Des natures exubérantes aux métamorphes » à voir jusqu’au 5 mars 2019.

Castelnau-Montratier. Oh les produits locaux…

Noé Maury © M-F Plagès.

Actu Lot n° 3817 du jeudi 10 janvier 2019

Installé depuis 3 ans, le café le 17, tenu par Noé Maury, est comme tous les commerces castelnaudais très investis dans la vie locale. Noé Maury soutien au maximum toutes les animations proposées par les associations, qu’elles soient sportives, culturelles. Cela représente parfois un budget non négligeable mais essentiel pour réaliser et pérenniser les différentes actions entreprises qui font vivre le territoire. Lire la suite

Castelnau-Montratier : « Les Douceurs de Lili », sur le chemin des abeilles

Élisabeth et Guillaume Lavoriero © M-F Plagès

Médialot lundi 7 janvier 2019, Actu Lot jeudi 10 janvier 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS
Les apiculteurs transhumants sont installés à Divillac.

Guillaume et Elisabeth Lavoriero, originaires de l’arrière-pays de Menton, exercent un métier un peu méconnu :  apiculteurs transhumants. De leur petit village varois, ils ont souhaité, à l’image de leurs abeilles, transhumer vers d’autres horizons. Fort de défendre des valeurs, un savoir-faire et pour qu’ils soient reconnus et  appréciés dans les produits qu’ils proposent, ils ont cherché un nouveau lieu pour s’installer. Au gré de leurs pérégrinations, tous les deux sont tombés amoureux du Quercy, de sa gastronomie, de son bien vivre. « Le Sud-Ouest nous a accueillis en mai 2018 avec nos 3 enfants. Nous avons redémarré l’intégralité de notre activité » précise avec un sourire Elisabeth Lavoriero.  Installés à Divillac, ils ont aménagé leur laboratoire de fabrication ainsi qu’un lieu de vente à côté de leur maison principale. Dans cet atelier ils mettent en pot leurs différents miels, confectionnent des chocolats, nougats, biscuits, pain d’épice et bonbons à base de miel. A les voir tous les deux si investis, il est certain qu’ils ont fait le bon choix. Dans la famille Lavoriero, l’apiculture est l’histoire de toute une vie. Depuis 1985, Marc et Catherine Lavoriero, les parents de Guillaume pratiquent la transhumance des abeilles. De leurs ruchers ils extraient divers miels et réalisent des produits dérivés. C’est dans ce milieu familial que Guillaume Lavoriero a tout appris du métier d’apiculteur qui demande beaucoup d’expérience et d’exigence.  Il exerce son métier en tant que professionnel depuis plus de 12 ans. La transhumance des abeilles permet de déplacer des ruches, plutôt de nuit, pour les amener vers un lieu de floraison choisi. Cela implique pour un rucher d’environ 80 ruches de faire une dizaine de déplacements, sur l’année, soit pour les déplacer ou les protéger d’éventuelles attaques : maladie, sangliers, acte de malveillance … La transhumance permet d’obtenir différentes miellées : acacia, fleur de Montagne, lavande… Lire la suite

Pern. L’implication de la bio avec la Fdsea et les JA

Rencontre autour de la Bio avec la FDSEA et les JA © MFP.

La vie quercynoise n°3813 du jeudi 13 décembre 2018
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Pierre-Louis Bonnaud recevait la Fdsea, les Jeunes Agriculteurs, Étienne Gangneron (vice-président Fnsea), Gaëtan Bodin (administrateur JA national), ainsi que des agriculteurs adhérents et le maire de Pern Bernard Michot, au coeur de son exploitation de volailles de chair et bovins viande en AB pour « une rencontre de campagne ». Ce jeune chef d’exploitation, installé à Pern depuis 11 ans évoquait lors des échanges : son expérience, la conversion en bio, la surface de son exploitation, les perspectives qu’ils envisageaient pour continuer son développement et sensibilisait sur l’impact de la marque AB qui malheureusement est souvent galvaudée. Tour à tour chacun questionnait, parlait, abordait différents points de vue sur la bio et la place qu’elle prend actuellement dans l’agriculture française. La France n’est pas en reste pour son développement en agriculture bio. D’ailleurs il était mentionné que sur le Lot, deux entreprises M2I control (leader mondial en bio-contrôle) et Caussade Semences (leader européen en semences Bio) jouent un rôle très important sur les perspectives du développement bio lotois. Lire la suite

Des apiculteurs débrouillards réalisent des inventions astucieuses pour sauver les abeilles.

Un reportage de France 3 Alsace, présentait le 5 juillet 2018, l’invention d’un apiculteur amateur qui est aux « petits soins pour les abeilles depuis 40 ans ». Comme tout apiculteur il est très vigilant face aux attaques des frelons asiatiques qui pourraient décimer rapidement toutes ses ruches. Il a créé avec un ami, un piège ingénieux, sélectif qui ne retient que le frelon asiatique. Ce dernier est attiré à l’intérieur d’un caisson aéré par de petites ouvertures, un appât à base de miel attire le frelon qui s’engouffre dans un cône que le laisse entrer mais dont la sortie est impossible. Et cette invention a fait ses preuves. Il a réussi à piéger des centaines d’individus, qui représente à 95 % de frelons asiatiques.

Un autre reportage de France 3 Nouvelle Aquitaine, présente l’idée d’une apicultrice qui au lieu de piéger les frelons, a mis tout en œuvre afin d’assurer la protection des abeilles. Le dispositif stop-it perturbe le mode de chasse des frelons asiatiques. Ce système a été mis au point après 3 ans d’études, aujourd’hui il est breveté. La commercialisation est sur le point d’être lancée.

Alerte aux frelons européens et asiatiques dans le Lot

La vie quercynoise n°3797 du jeudi 23 août 2018

Les incidents avec des nids de frelons sont rares mais souvent impressionnants. Mais les ruches du Lot ne s’en relèvent pas.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS
Nid de frelon asiatique.
Nid de frelon asiatique. (© Pierre Selim, image d’illustration Flickr)

Mercredi 8 août 2018, alors que se déroulait une course pédestre à Vayrac, dans le nord du Lot, des frelons européens ont piqué une quinzaine de coureurs qui sont passés trop près du nid. Ce genre d’incident, plutôt rare, rappelle qu’aujourd’hui deux espèces bien distinctes de frelons cohabitent en France. Le frelon asiatique n’est pas plus dangereux que le frelon européen. Mais leur attaque est souvent massive lorsqu’ils sentent un des leurs en danger, ou s’ils veulent préserver la colonie. Ces deux espèces diffèrent sur leur mode de nidification, leur comportement ou leur expansion. Afin de mieux comprendre, les risques sur la biodiversité, le devenir de certaines espèces pollinisateurs, souvent des proies faciles pour ces mangeurs d’insectes. Michel Bétaille, président du Groupement de défense sanitaire des abeilles du Lot, a accepté de faire le point sur ces hyménoptères qui parfois créent de véritables psychoses.

Sainte Alauzie-Ouverture du Sant’al café

L’ouverture prochaine du Sant’al Café.

La vie quercynoise n°3785 du jeudi 31 mai 2018

Audrey le Mault, qui connaît cette jeune femme dynamique, surprenante, artiste, photojournaliste, cavalière émérite ? Elle est aussi multiple que tout ce qu’elle a entrepris dans sa vie. Impossible de la confiner dans un seul registre. Lotoise d’origine, ses pas l’ont amené loin, très loin dans des endroits où s’aventurer en tant que femme seule, n’est pas évident. Après des études politiques à l’EHESS, spécialisée sur l’Asie Centrale Persanophone et l’Afghanistan, elle parcourt la plupart du temps, à cheval et en solitaire, en tant que photo-journaliste, l’Afghanistan, l’Asie Centrale, les grands espaces de Centrasie. Un monde qui a priori n’est pas évident et pourtant elle a su se faire une place, et revenir avec des photos-reportages incroyables dont certains ont fait l’objet d’expositions à Paris. Catherine Baratti Elbaz parle du travail d’Audrey en ces termes «Elle a su se faire accepter des cavaliers tartares et berbères. Ses photographies racontent et témoignent avec force de cette immersion parmi les centaures et chimères d’Orient. Hautes en couleur, et d’une énergie folle, ses photos sont saisissantes et ne laissent pas indifférents ».

Aujourd’hui Audrey le Mault a investi l’atelier d’artiste de Sainte-Alauzie vous essayer de faire vivre ce lieu, voici en quelques lignes son projet qu’elle souhaite réaliser grâce à la participation de tous : « Chers amis, Ça y est ! Le Sant’al’ café est sur le point d’ouvrir ses portes Lire la suite