Cahors. Le deuxième spectacle des Keykeepers s’écrit au théâtre de la ville

Actu Lot / La vie quercynoise n°3928 du jeudi 25 février 2021
Les Keykeepers préparent à l’abri des regards, au cœur de la ville, au sein du théâtre de Cahors dans le Lot, leur second spectacle « Les Keykeepers : les pieds dans les étoiles ».
© Marie-Françoise Plagès

De nombreux talents de La Cie Plume Pourpre (comédiens, graphiste, photographe, régisseur, technicien, vidéaste, costumière…), pour la plupart originaires du Lot, participent à diverses créations : spectacles jeunes publics, spectacles de rue, lecture théâtralisée et musicale.

De cette compagnie a émergé en 2014-2015, les Keykeepers. Depuis, avec leur premier spectacle « Les Keykeepers : show devant » ils ont enchaîné les représentations tout en s’implantant dans le paysage culturel. Joué plus de 50 fois à travers la France, les Keykeepers ont à chaque fois embarqué un public enthousiaste dans leur monde un peu « fou fou ». Ce drôle de quatuor excentrique mélangeant théâtre, chant, musique et cirque crée sous forme de saynètes tout un univers décalé où l’humour et la réflexion occupent la première place.

Les Keykeepers, l’amour des arts

Quentin, Matteo, Brice, Rémy la bande de 4 copains farfelus des Keykeepers, un brin blagueurs et taquins, s’amusent et leurs rires résonnent dans le foyer du théâtre de Cahors où ils sont en résidence d’artiste pendant deux semaines, du du 15 au 26 février 2021.

Installés, sur un beau canapé rouge, « pas si confortable » soulignent-ils, les Keykeepers présentent leur prochain spectacle qu’ils co-écrivent avec le metteur en scène Laurent Médiat. Guillaume Verron, qui les suit depuis leur début assure avec enthousiasme son rôle de régisseur. Ces joyeux drilles, énergiques, sympathiques, créatifs et bourrés de multiples talents s’amusent de leur jeunesse et de leur folle envie de croquer les arts à pleines dents. De vrais touche à tout qui n’hésitent pas à développer ou d’apprendre de nouvelle compétence artistique. Tour à tour, acteur, musicien, chanteur, circassien… le quatuor ne cesse d’être passionné, subjugué, émerveillé de ce qui fait leur quotidien et raconte avec nombre de détails leur amitié qui les lie ainsi que l’écriture de leur deuxième spectacle.

Brice, Matteo, Rémy et Quentin entourés de Guillaume (régisseur) et Laurent (metteur en scène) : la Compagnie Plume Pourpre en résidence de création au théâtre de Cahors, dans le Lot.

Écriture du spectacle

Pour « les Keykeepers : les pieds dans les étoiles » le quatuor a écrit le spectacle à plusieurs voix comme une partition d’orchestre.

Ils expliquent « la grande partie des textes est écrit par le metteur en scène Laurent. Puis nous répartissons les scènes entre nous. Mais déjà nous sommes très réactifs puisque chacun connaît son propre personnage. Nous réagissons très vite aux idées des uns et des autres et nous essayons d’avoir le plus de réactivité, de répliques vives. Durant notre résidence d’artistes, c’est là que l’on partage nos textes, nos scènes. Nous pouvons voir directement ce qui fonctionne. Un texte écrit est tellement différent d’un texte dès qu’il est joué. On passe d’une écriture figée à une écriture plateau ».

Résidence d’artiste

Tous issus de différents horizons artistiques, ce qui les unit, c’est tout d’abord une grande histoire d’amitié, tout à fait palpable et ensuite leur amour inconditionnel pour le théâtre et les arts.

Quentin et Brice des Keykeepers en résidence au théâtre de Cahors dans le Lot..
Quentin et Brice des Keykeepers en résidence au théâtre de Cahors dans le Lot.. © M-F Plagès.

Soutenues par les villes de Cahors, Pradines et par le Département, les deux semaines de résidence d’artiste au sein du théâtre de la ville de Cahors sont pour les Keykeepers une très belle reconnaissance. Brice Bord, le directeur artistique confie « on a la chance d’être accueilli au théâtre qui représente beaucoup pour nous. C’est extraordinaire, parce que c’est le lieu que nous avons fréquenté quand on était gamin. Nous assistions à des spectacles qui faisaient pour nous référence. Ce qui nous a certainement aussi donné l’envie de faire du théâtre et d’aller jouer sur scène. Et aujourd’hui on crée sur ses planches notre deuxième spectacle. Alors il y a eu quelque chose de très émouvant pour nous tous lundi matin quand nous sommes entrés dans le théâtre ».

Deuxième spectacle

« Les Keykeepers : les pieds dans les étoiles » reprend les mêmes personnages, que leur premier spectacle, un boys band raté, des musiciens artistes qui se cherchent. Mais bien sûr ceux-ci ont mûri. Ces « gentils maladroits » ont évolué dans le temps comme les comédiens dans leur propre vie. Le spectacle pourrait se définir ainsi : un spectacle kaléidoscopique où danse, réplique « ping-pong », jonglerie, chant montrent tout leur talent… Un puzzle avec beaucoup de scènes, de mise en abîme. Si la toile de fond est toujours l’humour, les Keykeepers n’oublient pas la poésie, les côtés plus touchants et personnels… Ils aiment questionner le spectateur à travers le divertissement.

« On essaye de rendre le spectacle le plus cohérent possible tout en gardant nos différentes compétences » souligne Quentin.

Loin de se prendre la grosse tête, les Keykeepers dont la moyenne d’âge frôle les 22 ans, n’hésitent pas à s’entourer des meilleurs professionnels afin de donner plus de corps à leur deuxième spectacle.

Pour cette raison, ils ont fait appel à la chorégraphe Nora Turpault pour tout le côté danse.

À coup sûr les Keykeepers se donnent les moyens de faire un spectacle cohérent, de qualité, et tout à la fois sincère, touchant et drôle. La première représentation est prévue au printemps 2022. Ensuite les Keykeepers amèneront ce deuxième spectacle, en juillet, au festival d’Avignon, s’il est maintenu bien sûr.

Une belle aventure qui continue

Aujourd’hui les Keykeepers sont largement reconnaissants de tous les gens qui les soutiennent. En cette période où parfois leur choix de faire ce métier est remis en question, ils se rassurent de trouver des aides pour continuer d’avancer. « Si nous arrivons à vivre de notre passion c’est grâce à une grande communauté qui s’est construite au fil des années. Les réseaux sociaux Instagram, Facebook, et YouTube où nous mettons régulièrement du contenu spécifique nous permettent de garder un lien avec notre public. Là aussi nous essayons d’être très réactifs. Et peut-être que nous susciterons des vocations auprès des jeunes Lotois et Lotoises qui nous suivent » confie Brice.

Allez il ne reste plus qu’un an avant de découvrir leur tout nouveau spectacle.

Marie-Françoise Plagès

Des personnages atypiques

Les Keykeepers avec de solides bagages artistiques dans différentes disciplines ont réussi à faire naître une belle émulation dans le groupe. D’ailleurs, avec le Cie Plume Pourpre, ils attirent d’autres nouveaux jeunes talents qui ne demandent qu’à se faire connaître. Leur fierté : défendre une culture locale tout en rayonnant sur le territoire. Leur vrai talent : arriver à partager une bonne humeur communicative. Le groupe de jeunes artistes professionnels prépare pour le printemps 2022 un deuxième spectacle mêlant humour, poésie, mais qui sont-ils vraiment ?
  • Rémi Knapper : avec un cursus de 10 ans en percussion, c’est le vrai musicien du groupe. À la fois à la guitare, au ukulélé, aux percussions et au beat box… il apporte sa touche personnelle et originale pour créer toute l’ambiance sonore au sein des Keykeepers.
  • Matteo Moretti : ce jeune comédien de 21 ans suit une Licence d’études supérieures en théâtre où il entame sa dernière année de formation. Il est passé également par le conservatoire de Cahors.
  • Brice Bord est l’un des membres fondateurs des Keykeepers qui tel un aimant attire dans son sillage nombre de ses amis artistes. Il construit méticuleusement son projet professionnel. Après les deux cycles amateur et professionnel au conservatoire de Cahors, il suit une licence en théâtre et cinéma à Poitiers. Il devient très vite le directeur artistique de la Cie Plume Pourpre.
  • Quentin Richard : il choisit l’option théâtre au Lycée Clément Marot et c’est la rencontre avec Brice qui le conforte dans son choix. Il a passé une licence de théâtre à Nice. Depuis peu, il s’est mis à apprendre la guitare pour se diversifier mais aussi pour « renforcer le côté musical du groupe » s’amuse-t-il à dire.
    NICOLAS TRIZIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.