Castelnau Mtier-Ste Alauzie. Performances au sein du collège Émile Vaysse

Médialot vendredi 20 novembre 2020, Actu Lot – La vie quercynoise n°3915 du jeudi 26 novembre 2020

Partenariat avec Lot arts vivants.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Trois classes de 3ème, section arts plastiques, assistaient ce mardi 17 novembre, de 14 h à 17 h, à une performance « le cabinet des curiosités » de la Cie Appach. Antoinette Cand, professeur d’Arts plastiques, depuis de nombreuses années au sein du collège Emile Vaysse, aime proposer à ses élèves des « rencontres artistiques ». Alors en partenariat avec Lot arts vivants, elle propose, depuis 6 ans, grâce à leur appui des ateliers, et des spectacles pour « amener l’art au sein des établissements scolaires.

« Ma raison d’enseigner est de pousser ces jeunes à s’ouvrir à la culture» souligne-t-elle.

Xavier Coriat, musicien, et Cécile Grassin, danseuse et chorégraphe, ont créé la performance « cabinet de curiosités » en 2016 et l’ont retravaillé en 2018.

C’est une immersion totale dans un univers onirique et presque transcendant appuyé par une musique quasi hypnotique.

Dès l’entrée dans la salle, le décor, est sobre. Un caisson, un aquarium, dans lequel repose « inanimée » Cécile Grassin, des casques sont installés tout autour. Le noir se fait, casque sur les oreilles, la musique faite de sons qui s’étirent dans le temps, émaillée par moment de craquements, de bruissements, des grésillements impulsent des premiers micros mouvements au corps de la danseuse. Les muscles se contractent, la respiration envahit telle une boule tout le corps. Elle évolue, le temps se démultiplie, autant par la musique que par les mouvements qui se déploient millimètre par millimètre.

La notion de temps s’allonge, se perd, jusqu’à une rotation finale qui dure plus de 15 minutes.

Cécile Grassin dans son caisson-aquarium lors de sa performance artistique au collège de Castelnau-Montratier dans le Lot avec « Cabinet de curiosités ». (©Emmanuelle Boyer-Laudat)

Après la performance, Cécile Grassin a expliqué comment elle a conçu avec Xavier Coriat ce spectacle :

« J’ai souhaité créer tout un univers poétique qui peut faire penser à différents univers ».

Si au début ils sont restés un peu perplexes, petit à petit, les collégiens se sont exprimés. Certains élèves ont pensé à un monde utérin, d’autres ont vu un cercueil en verre, ou un fœtus, ou imaginer être dans l’espace… Un des axes de la performance étant que chacun puisse construire sa propre histoire.

Marion Moulin, chargée de mission éducation artistique et culturelle, secondée par Emmanuelle Noyer-Laudat, service civique au sein de Lot arts vivants, ont souligné l’importance, en cette période, que des compagnies continuent de se produire. Les élèves en parallèle de la performance profitent d’une exposition d’oeuvres de l’artothèque de Cahors.

« D’ailleurs Etienne Rehmus, chargé de mission, va proposer une médiation qui fera suite à la performance » précise Marion Moulin.  En attendant que toutes les activités culturelles retrouvent leur normalité, Lot arts vivants continue d’organiser quelques animations dans la mesure du possible.

© Marie-Françoise Plagès – 11/2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.