Castelnau Mtier-Ste Alauzie. L’adjudant-chef Rémy Pierre par vers de nouveaux horizons

La vie quercynoise n°3857 du jeudi 17 octobre 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

C’est un homme plutôt discret, ayant œuvré pendant 10 ans, sur le territoire de Castelnau-Lalbenque-Montcuq, qui rassemblait vendredi 11 octobre 2019, élus, habitants de Castelnau-Montratier, collègues, amis et famille pour dire au revoir à la population. La salle des fêtes se remplissait en ce début de soirée et déjà les témoignages de sympathie abondaient pour l’adjudant-chef Rémy Pierre. Une promotion de carrière pour devenir Major dans la brigade de Lombez, dans le Gers, s’offrait à lui, une opportunité à saisir même si certains se désolaient de le voir partir. « À l’écoute, consciencieux, professionnel » sont des traits de caractère qui le définissent. Et toutes les personnes présentes abondaient dans ce sens. D’ailleurs la plupart des élus soulignaient le sérieux, la compétence, l’implication, le travail, l’attention de la brigade et de leur chef.

Élus, castelnaudais, amis étaient venus en nombre pour saluer Rémy Pierre © M-F Plagès.

L’épisode castelnaudais

L’adjudant Rémy Pierre est arrivé en juillet 2009 succédant à l’adjudant Rémy Holl. Arrivé d’Alsace avec sa famille, sa femme Florence et ses deux fils Jérémy et Franck, tous découvrent le Lot. Rémy Pierre ne connaissait pas du tout le département excepté sa femme qui l’avait déjà visité, se rappelant d’un département à fort caractère historique et des villes avec des bâtisses anciennes. Rémy Pierre rajoute : « avec Florence, on s’est intéressés au patrimoine du Lot. On aime les vieilles pierres, les villages fortifiés… » Et pour ce qui est de l’intégration au sein de la commune, il se souvient :

« quand je suis arrivé à Castelnau-Montratier, ce qui m’a marqué, c’est le respect de la population vis-à-vis des gendarmes et le respect du chef au sein de la brigade. Et grâce aux gendarmes Rémy Rembault et Philippe Bard j’ai pu tout de suite, grâce à leur connaissance du terrain et de la population, m’intégrer très facilement ».

Il confiera que la ruralité a su garder un mode de vie respectueux qui est bien appréciable.

Rémy Pierre et sa femme Florence à l’écoute des discours©M-F Plagès.

Un gendarme de carrière

Rémy Pierre est sorti de l’école de gendarmerie de Montluçon en 1989, il commence son métier à sa brigade d’origine, Schirmeck (Bas-Rhin). La particularité de cette commune : c’est le seul canton de France où se trouve un camp de concentration, construit par les nazis, lorsque ce département était Allemand. Une de ses missions sur ce lieu chargé d’histoire était de surveiller et de contenir tout débordement ou dérive négationniste. En 1997, il est muté en Polynésie française, où il restera 4 ans et demi. Avec du soleil plein les yeux il confie « c’est la plus belle brigade de France, celle de Rangiroa, dans l’Archipel de Tuamotu. On était un effectif de 6 sous-officiers et on s’occupait de tout l’atoll ainsi que de 7 autres. Et ce que j’ai aimé c’est la gentillesse des gens, chose que j’ai retrouvée ici dans le Lot. ». En 2001 il revient en Alsace à Narmoutier et sera muté à sa demande dans le Lot en 2009.

Un souvenir marquant

En 10 ans, les souvenirs et les histoires sont nombreux mais il en est un qui reste encore très présent à son esprit, Rémy Pierre raconte :

« un soir la brigade a été contactée par une femme qui s’inquiétait de ne pas voir son mari rentrer. Il était parti chasser avec son chien et son retard n’était pas habituel. Elle n’avait que très peu d’éléments à fournir. Le gendarme Philippe Bard et l’adjudant Parzadis sont partis avec les quelques renseignements à sa recherche. Ils trouvent la voiture du chasseur, enfouie dans une forêt. En s’avançant plus en avant les gendarmes entendent des cris. En fait, le chien du chasseur était tombé dans un ancien puits, et en voulant le sauver le chasseur est tombé dedans se retrouvant coincé. Le sauvetage de cette personne m’a beaucoup touché même si je n’ai pas été confronté à cet événement. Ce qui m’a surtout marqué, c’est la pugnacité des deux gendarmes. La mission de secours aurait pu être reportée au lendemain mais ils ont continué leur recherche ».

Une nouvelle vie

Plusieurs pages de la carrière de l’adjudant Rémy Pierre se tournent mais c’est une toute nouvelle page blanche, avec la promotion au grade de Major, qui va s’écrire pour lui. Qu’il soit aussi heureux et enthousiaste pour cette « nouvelle vie ».

Au niveau de la brigade, Estelle Guevel, brigadier-chef, arrivée en mai 2014 à la brigade de Castelnau est partie à Rochefort pour incorporer le Corps administratif de la gendarmerie nationale. En remplacement, le jeune gendarme, Clifford Abbey a pris ses fonctions en septembre 2019 à Castelnau.

MARIE-FRANCOISE PLAGES

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.