Lot. Exposition d’un herbarium coloré vu par Martine Craps à Castelnau-Montratier

La vie quercynoise n°3858 du jeudi 24 octobre 2019
Toiles et monotypes de Martine Craps s’exposent à la Maison Jacob de Castelnau-Montratier, près de Cahors, jusqu’au 27 octobre 2019.
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Jusqu’au 27 octobre 2019, les Amis de la Maison Jacob à Castelnau-Montratier, non loin de Cahors dans le Lot, accueillent les créations de Martine Craps. « Herbarium » est une exposition avec des œuvres totalement nouvelles. Il y a d’un côté les tableaux rectangulaires sur toile et acrylique, et de l’autre côté des monotypes, réalisés sur papier Wenzhou, sortis à chaque étape de pose de couleurs. Ainsi un tableau peut avoir de 1 à 3 monotypes suivant le nombre de couleurs pures appliquées.

L’artiste aime chercher, explorer, les couleurs, les matières, « pour donner vie à ses tableaux » confie-t-elle avec un sourire discret. Martine Craps parle avec passion de ce qui l’anime, de ce qu’elle aime à travers son art, et ses multiples disciplines qu’elle exploite (céramique, peinture, sculpture…).

Martine Craps expose son « Herbarium » jusqu’au 27 octobre 2019 à Castelnau-Montratier © M-F Plagès.

Effets de texture

L’artiste peintre explique sa démarche « ce que j’aime c’est que des fois les gens s’interrogent sur la matière « on dirait du bois ou de la céramique ». Les effets de textures que j’arrive à faire m’intéresse beaucoup ». Le travail artistique qu’elle développe c’est une continuité, une évolution « quand j’étais à l’académie en Belgique, je faisais des fonds, des accroches qu’ensuite je passais sous l’eau.

Cela laissait des marques d’usure, du temps. Ça intrigue. On dirait qu’il y a une histoire derrière ce tableau. Ce que chacun peut lire dans une peinture dite abstraite est intéressant. De multiples histoires se racontent. Il suffit juste de gratter le vernis » précise Martine Craps, elle poursuit :

« mais c’est certainement une histoire de famille, de rechercher les histoires dans des tableaux ou des lieux. Mon frère Éric (Craps) photographie des lieux Urbex… des lieux oubliés où l’histoire s’invente. Dans ma série « herbarium » c’est ça que l’on peut voir : des suggestions du monde végétal qui change suivant comment on le regarde, et à quelle heure de la journée ».

Sa série de tableaux est savamment mis en scène et les couleurs dominantes de bleus, verts, violets donnent une belle luminosité à cette exposition. « Peintures ni abstraites ni réalistes » un univers à voir qui incite à la rêverie.

MARIE-FRANCOISE PLAGES

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.