Photographie. Séverine Vanbellingen ou le voyage onirique « des lieux oubliés »

Entretien réalisé par MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

De nombreux blogs de photographes amateurs, amateurs aguerris ou professionnels fleurissent sur Internet. Instagram, Flickr, WordPress, Facebook… regorgent de propositions éclectiques, protéiformes à l’image des horizons et des passions capturés par des photographes inspirés. Parfois, un site sort du lot. De manière tout à fait subjective, j’ai été charmé par celui de : regard en images

Pourquoi celui-là plus qu’un autre ? Déjà le choix de photographier des lieux oubliés, cachés ou que les gens ne voient plus. La photographe, Séverine Vanbellingen a réalisé plus d’une trentaine de « reportages photo » aux noms évocateurs et poétiques. Ensuite elle a pris le parti de réaliser ses clichés en noir et blanc. C’est tout un monde onirique intemporel qui s’offre au regard. Les photos nous happent littéralement. L’ambiance, le choix de lieux communs, chargés d’histoire, les angles de prises de vues, la mise en scène parfois épurée, la suggestion de lignes, de courbes, éveillent diverses émotions. Des photos qui interpellent voilà l’univers de Séverine Vanbellingen.

Une photographe discrète

La photographe Séverine Vanbellingen.

Depuis 7 ans Séverine vit à Sains-en-Gohelle dans les Hauts de France. La photo l’a accompagnée depuis son adolescence. Mais il faudra attendre quelques années plus tard qu’elle trouve l’appareil de son conjoint dans un carton pour qu’à Noël elle se lance à nouveau à faire des photos. Séverine se rappelle « toutes les photos étaient loupées mais je me suis tellement amusée. Le vrai déclic est venu quand j’étais avec mon fils. Je souhaitais me balader. Je suis sortie dans ma petite ville et j’ai photographié ce qui me procurait de l’émotion : les lieux oubliés. Et j’ai été piqué par le virus ».

Depuis son blog elle partage chacune de ses sorties, de ses rencontres de lieux communs qui deviennent insolites et prennent une autre dimension sous son regard. Alors quoi de plus naturel, que de mettre en avant, ce talent. La surprise viendra de sa commune qui l’a contacte en 2018 pour organiser une exposition photo. Elle est bien loin de se douter que ces lieux évocateurs sont une bel hommage à la ville. Octobre 2018, c’est la consécration au « Reg’Art Sains » ses photographies des lieux oubliés sont mises en lumière.

D’ailleurs Sains-en-Gohelle lui décernera, à ce titre, la médaille de la ville.

C’est une photographe timide mais quand il faut parler de ses multiples reportages elle exprime avec passion son amour pour la photo. Derrière le viseur rien ne lui fait peur tout l’inspire.

Entretien avec Séverine Vanbellingen

  • Pourquoi le choix de l’expression photographique en noir et blanc ?

Le choix a été immédiat, c’était pour moi une évidence. Le noir et blanc est «magique ». Il transmet une nostalgie. Il peut vieillir la photo sur des lieux modernes.

  • Les univers que vous photographiez sont divers, axés sur des lieux, des ambiances, comment choisissez-vous ce que vous aller faire ?

Je choisis des petites villes ou villages qui sont parfois oubliés, que l’on ne connaît pas. Au début j’ai axé sur ma vie, là où j’avais mes souvenirs comme Hersin Coupigny la ville de mon adolescence. Ensuite Souchez, là où je rêvais d’acheter une maison. Aix Noulette : je traversais la ville pour me rendre au travail, et Bouvigny-Boyeffles lieu où mon fils allait à l’école. Il y a toujours un village qui m’inspire. Maintenant je vais « au gré du vent » et si la ville m’inspire j’essaye de me demander comment était la ville avant ? Où se cachaient les amoureux pour leurs premiers baisers… comme une aventure à explorer. 

  • Pourquoi avoir choisi de ne pas mettre d’humain dans vos photos ?

Les seules personnes que l’on peut voir dans mes photos sont mon conjoint (de face) et mon fils (de dos), j ai leurs droits à l’image (elle le souligne avec humour). Je ne souhaite pas me frotter aux droits à l’image et autres lois. Parfois les personnes ne réagissent pas très bien et le but est que chaque personne qui regarde mes reportages puissent se retrouver dans les lieux. Ils sont l’histoire de tous et je me dis que les Hauts de France sont souvent stigmatisés par les médias (accent, pauvreté, météo…), donc si mes photos peuvent montrer ma région comme elle est vraiment avec ses atouts et son histoire en cassant un peu l’image négative, le pari sera gagné ! 

  • Médaillée par la ville, ayant déjà réalisé une exposition, quel est votre prochaine étape ?

Je vais faire une exposition, organisée par l’association du comité historique de la ville de Bouvigny-Boyeffles le 31 octobre 2019 sur 4 jours. Ensuite je ne sais pas, rien n’est calculé, et je fais en fonction de ce que les mairies ou les associations proposent. Le but n’est pas de devenir célèbre ou de me faire de l’argent. Je souhaite juste partager mes univers photos.

  • Quelles sont vos aspirations ?

Je caresse le doux rêve d’éditer un jour mes reportages en un livre. Mais cela me parait fastidieux comme projet. Et il y a tellement de photographes professionnels ou amateurs que je ne sais sais si cela sera réalisable mais qui sait, l’avenir me le dira.

  • Sur le blog, beaucoup de personnes s’intéressent à tout ce que vous faites, il vous a semblé essentiel de faire partager votre monde photographique ?

C’est mon conjoint qui m’a poussé à faire un blog. Il m’a aidé à le créer et a été mon premier fan. Il a cru en mes photos alors que je lui disais « tu n’es pas objectif. T’es amoureux c’est pour ça que tu aimes mes photos. Personne ne les regardera » et pourtant il avait raison … à ma grande surprise ! Depuis je partage mes reportages et je reçois beaucoup de messages : « j’ai revu ma vie d’ado », « je me suis marié à cet endroit », « mes grands parents habitaient ici »… Ces messages sont pour moi une richesse énorme.

  • Y-a-t-il des univers que vous aimeriez développer ?

Oui j’aimerais bien photographier la mer : c’est mon havre de paix. Et d’autres endroits atypiques comme le moulin que j’ai fait dernièrement. En fait je ne prévois pas vraiment. Je suis assez libre de choisir où le vent me porte.

Série « Le vieux moulin de votre vie » © Séverine Vanbellingen.

  • Quelle sera votre prochaine série photo ?

Je pense me balader vers Servins, Gouy, Fresnicourt le Dolmen mais j ai réduit un peu mon hyper activité. Alors je tente de faire un reportage tous les mois ou tous les deux mois. Maintenant je prends le temps, comme dans mon blog qui invite à cela.

Allez vite découvrir son univers photographique, il ne vous laissera pas indifférent. Une photographe à suivre absolument.

Un grand merci à Séverine Vanbellingen de m’avoir accordé du temps pour répondre à mes questions. Et puis un petit rapprochement entre le Nord et le Sud-Ouest d’où je suis originaire permettra-t-il d’envisager des expositions photos en Occitanie.

PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Une réflexion sur “Photographie. Séverine Vanbellingen ou le voyage onirique « des lieux oubliés »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.