Quercy-Blanc. Christian Lauzin, un photographe au coeur de l’humain

La vie quercynoise n°3856 du jeudi 10 octobre 2019
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Sur le territoire du Quercy-Blanc, non loin de Cahors dans le Lot, Christian Lauzin, habitant de Saint Paul – Flaugnac est un photographe reconnu. Depuis quelques années, après un parcours qui a débuté dans la vidéo, il s’installe comme photographe d’entreprise avec la spécialité de prises de vues avec drone. Discret, minutieux, un sourire, un brin de curiosité et beaucoup d’intérêt, voilà quelques traits qui le définisse. Il aime également la culture et souvent lors des différentes animations, appareil photo en bandoulière, il est là prêt à capter les événements qui se déroulent dans le Quercy-Blanc (Festival Saint-Paul à la rue…).

Des expositions, des projets, des ateliers photos, des reportages sont le quotidien de Christian Lauzin qui continue en parallèle d’approfondir ses connaissances, tout en se tenant informé du monde très dynamique de la photographie. C’est un passionné. Mais avec une petite note supplémentaire, qui le démarque, il s’intéresse beaucoup à l’humain, aux rencontres, aux projets qui permettent d’allier tous ces domaines.

Christian Lauzin, photographe, mène un projet dans les Ehpad © M-F Plagès.

Appel à projet

Il y a quelques mois, encouragé par la directrice de l’Ehpad de Puy-l’Évêque Mme Attané, il a répondu à un appel à projet. Christian Lauzin précise :

« Ce projet à long terme était proposé à tous les Ehpad. La directrice de Puy-l’Évêque souhaitait participer. Nous nous sommes rencontrés, après avoir défini tout ce qui pouvait se faire comme action, on s’est positionné et le projet a été retenu. Après l’équipe s’est construite autour du plan que nous avons projeté ».

Depuis quelques mois avec sa petite équipe, Jérémy Steil (photographe, metteur en scène), Françoise Serres (formatrice, animatrice), qu’il a constituée, Christian Lauzin organise des ateliers hebdomadaires au sein de l’Ehpad. Ce projet « Vieux de qui, jeune de qui » est axé sur la mémoire où les pensionnaires qui le souhaitent, participent à faire revivre leur souvenir de jeunesse. Tout le fil conducteur de cette action s’imbrique aussi dans la vie de Puy-l’Évêque et tous les travaux réalisés doivent interpeller la population et l’impliquer. Ce n’est pas qu’une approche au sein d’une institution mais bien une démarche collective participative : présence sur les marchés, rencontre avec les écoles, échanges…

L’action prendra fin en février 2020 et déjà pointe l’idée de faire un livre de tous ces moments vécus.

Si Christian Lauzin goûte avec satisfaction son plaisir de vivre pleinement de riches expériences autour de ce projet, il aimerait développer, d’autres ambitions photographiques comme : la photo animalière, de rue, et d’aller plus loin dans l’approche du portrait studio.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

www.christian-lauzin.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.