Lot. Le Quercy-Blanc recevait pour cette 28e édition la fête du vin des coteaux du Quercy

La vie quercynoise n° 3848   du jeudi 15 août 2019
Castelnau Montratier, près de Cahors, était en fête pour la traditionnelle fête du vin des coteaux du Quercy. Une autre façon de faire découvrir les trésors viticoles du Lot
MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Temps mitigé le matin et soleil l’après-midi, la place Gambetta n’a pas désempli, de toute la journée jusqu’au soir tard, lors de la 28e édition de la fête du vin des syndicats des coteaux du Quercy samedi 10 août 2019.

Douze stands de vignerons, des ateliers dégustations, des savoir-faire, des points marchés gourmands ont agrémenté cette journée festive. C’est un événement des plus importants autant pour la visibilité et la notoriété du syndicat des vins que pour la confrérie qui donne des couleurs à cette fête.

Parcours œnologique

Pour 5 €, chaque visiteur pouvait s’il le souhaitait, muni du kit de dégustation (verre, carnet et présentation des cépages…) goûter, déguster, découvrir 60 vins en rosé et rouge. Évidemment, c’est un vrai défi de vouloir tout goûter. Aussi deux fins amateurs, Antoine et André, confiaient leur stratégie pour comparer les vins : « pour comparer et apprécier au mieux les vins, il nous fallait un dénominateur commun. Donc nous avons décidé de goûter que du rouge de 2016 et sans passage en fût de chêne. C’est de cette manière que l’on peut avoir l’expression précise de chaque vin. Malgré tout la comparaison reste difficile : la zone production est très étendue et chaque terrain à ses propres spécificités. Certains vignobles sont plus ou moins fruités ou tanniques. Et tous les vins malgré l’appellation commune ont vraiment chacun leur singularité. Nous avons pris le temps de discuter avec les viticulteurs qui n’ont pas été avares en précision et c’est très appréciable. De ce parcours nous avons découvert deux domaines intéressants et prometteurs ». Après 1 h de dégustation, d’annotation dans le carnet, les deux amateurs relevaient que les vins des coteaux du Quercy montaient en gamme. D’ailleurs beaucoup de viticulteurs proposent maintenant aussi des cuvées spéciales.

La confrérie des vins des coteaux du Quercy est un symbole viticole important pour le Lot et le Tarn-et-Garonne © M-F Plagès.

Un très bon cru

En parallèle des dégustations, des flâneries, des groupes musicaux se sont succédé du matin au soir. Et notre Gégé, national, grand amateur de musique, de chansons et surtout d’orgue de Barbarie, réussissait un petit défi non négligeable : réunir une douzaine de tourneurs. Ces derniers en costume poussaient la chansonnette du matin jusqu’à la fin de l’après-midi, aiguisant la curiosité des visiteurs. Pour finir, tous les orgues de Barbarie se sont regroupés, en demi-cercle, autour du podium où se réunissait la confrérie des vins. Et malheur à vous si vous rentriez dans le cercle… « c’est la cène symbolisée autour du grand maître » invectivait une tourneuse « sortez tous de là »… Il ne faut surtout pas briser les symboles !

Après avoir réparé l’erreur protocolaire, enfreinte par les deux photographes trop aventureux, la cérémonie d’intronisation a pu commencer. Dix impétrants faisaient foi de servir et défendre les vins des coteaux du Quercy : Denise Bachié, Pierre Boissel, Gérard Sabatié, Gilbert Paraire, Bernard Rességuié, Catherine Marlas, Yann le Coq, Nicolas Legrand, Pascal Wierzbicki et Bernard Valette. Convivialité, bonne humeur, ambiance… tout pour un succès qui ne se dément pas au fil des ans.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Gégé et les tourneurs d’orgue de barbarie © M-F Plagès.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.