Castelnau-Montratier. Darina Raskova au Fournil durant tout l’été

Darina Raskova et Malou Scopel ©MF Plagès

La vie quercynoise n°3799 du jeudi 6 septembre 2018

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Zoom sur Darina Raskova

Cette artiste d’origine tchèque, née en Bohême à Kamenicky Senov, se considère plus comme un artisane et créatrice. Les tableaux qu’elle a présenté Au Fournil, durant la saison estivale de juillet à août 2018, sont réalisés avec minutie et foule de détails. À ses débuts, pour arriver à vivre de son art il a fallu qu’elle soit combative. Elle raconte « mes parents ont tout fait pour me mettre sur le bon chemin, en voulant que je fasse des études d’infirmières ». Mais après avoir fait la grève des cours finalement elle intègre l’école d’arts plastiques (section verrerie) où elle a choisi la conception, le design et la sculpture. Diplômée d’arts plastiques, elle tente ensuite de rentrer à l’académie de peinture en vain. Aussi elle a continué toute seule son parcours qui était déjà conséquent du fait qu’elle a toujours peint. Pendant 7 ans, elle a travaillé dans une agence de publicité à Prague où elle a créé des motifs de tissus qui sont quasiment présents dans tous ses tableaux aujourd’hui. Depuis 1973 Darina Raskova est installée à Luzech. Elle a participé à de nombreuses expositions en France, Allamagne, Hollande, États-Unis, République Tchèque… Son univers de peinture est très féminin, elle précise « c’est presque obsessionnel. Je transmets ce que je ressens. Tous les jours je peins, je fais des croquis, je rentre dans un univers à partir d’un détail, ou une image qui appelle une histoire. En Bohême, la créativité est naturelle. Le trait du dessin est fort, sensuel… Il s’inscrit dans des petites surfaces de bois dur, et ce sont des tableaux de voyage, des talismans, des icônes profanes de mémoire et de dévotion naïve.. » Une sorte de voyage artistique, poétique où chacun se laisse transporter. De son travail Bernard Charrier le décrit ainsi « Darina Raskova est une conteuse, une tisseuse de légendes où les métamorphoses, les loisirs ainsi que l’humour enserrent tout être dans une étrange fatalité. Mais c’est cela le vivant ! … un monde doué d’une âme, et qui ne manifeste à nous dans sa beauté native ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.