Dédicace. Ganja et chevrotine de Patrick Chereau

Patrick Chereau qui vient d’éditer son premier roman noir © M-F Plagès

La vie quercynoise n°3791 du jeudi 12 juillet 2018

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Le parcours d’un écrivain de roman noir est parfois tout aussi mystérieux et déroutant que les personnes qu’il dépeint. De chirurgien dentiste à auteur de polar, Patrick Chereau a osé passer le cap. Attiré par l’écriture, depuis longtemps, il confie « j’ai toujours écrit des poèmes, des petites nouvelles, un conte, des chansons. Puis sur les 3 enfants que j’ai, deux ont eu des mésaventures qui m’ont largement inspiré pour le titre de mon livre. Le 1er s’est fait arrêter pour avoir fumé la ganja, et le 2ème a été interpellé car il ne possédait pas de permis de chasse. À la suite de ces incidents j’ai pris un cahier et j’ai marqué « Ganja et Chevrotine ». Je me suis dit que cela allait être le début d’un roman noir». Patrick Chereau a commencé à composer son roman qu’il voulait intemporel, placé dans un univers local, avec des figures atypiques « Mais quand on écrit un livre il faut être plongé à l’intérieur et s’y consacrer. Du fait de mon travail je l’ai laissé de côté. À la retraite je m’y suis remis » confie-t-il. Après c’est la longue aventure de recherche d’éditeurs. Les débuts d’un nouvel auteur n’inspire guère les grandes éditions. C’est donc auprès d’un éditeur de Villeneuve/Lot, les éditions du Bord du Lot, que son projet a pu aboutir. Ganja et Chevrotine est dans le bac de toutes bonnes libraires et magasins de presse locaux depuis le mois de mai.

Ganja et Chevrotine est construit comme une partition de musique. D’ailleurs chaque titre de chapitre évoque, rappelle des airs ou des groupes connus, inspirant largement l’atmosphère du livre. L’écriture est très imagée, les personnages sont à l’inverse des a priori communs. Ainsi on découvre un couple de retraités qui trafiquent, un médecin légiste rasta, un sicilien de la Stidda… Et dès les premières pages le lecteur est plongé dans un univers insolite qui pousse le lecteur à vouloir en savoir plus au fil des pages.

L’histoire : un militant écologique improbable est dézingué pour de vrai. On retrouve son cadavre dans les coteaux entre le Quercy, pas si blanc que ça, et la plaine du Tarn. S’agit-il d’un accident, d’un assassinat ? Basile C., commissaire, petit homme ordinaire, s’apercevra qu’un trafi de drogue bien particulier, les « go-cool », vient troubler son enquête. Et forcément, tout cela dérange un tueur mégalomane au business original de ganja. Basile, plongé dans les arcanes des cartes à jouer, hanté par les fantômes de la pop music, en sortira-t-il indemme ?

Patrick Chereau sera à la maison de la presse, à Castelnau, mercredi 18 juillet 2018 à partir de 16h30 pour dédicacer son livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.