Cieurac : Bernadette Vialas – l’évocation du ressenti

Médialot mercredi 27 mars 2018

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les silences de la matière » sont à voir jusqu’au 28 juin.

Jusqu’au 28 juin, le cadre magnifique du château de Haute-Serre, accueille dans le chai et la salle de restaurant, 28 tableaux sur toiles ou sur papier, de l’artiste peintre Bernadette Vialas. À l’instar du thème inspirant de l’exposition « les silences de la matière », le regard, l’écoute, l’attention que l’on accorde aux peintures font surgir des émotions, des visions : douceur, poésie, luminosité, absence, courbes, estompes, esquisses, horizons et paysages imagés, à peine suggérés… Bernadette Vialas se défend de faire du figuratif mais chaque début de tableaux est toujours inspiré parun détail de la nature, un détail architectural ou un paysage. Elle travaille beaucoup avec des pigments, de la colle, creuse, sculpte, forme sa matière (sable, terre, plâtre, terre…), façonne différentes textures créant ainsi plusieurs strates donnant du relief, une nouvelle dimension aux peintures. À partir du point de départ du tableau se nouent, se dénouent, se jouent des entrelacs d’histoires, des suggestions nombreuses : un rideau de pluie, la neige, le causse, des fleurs avec un travail de couleurs dont le violet est prédominant dans ses dernières créations. Une couleur forte en connotation : elle exprime la douceur, le rêve, c’est la couleur des personnes spirituelles. Une part de spiritualité que Bernadette Vialas a capté offrant au regard des visions éthérées. Parfois l’on voit des broderies de peinture mais aussi des mots, des phrases poétiques s’incrustent dans l’oeuvre. C’est la première fois qu’elle se sert de cet appui poétique dans sa peinture, précise-t-elle. Avec cette artiste rien n’est déterminé dans sa peinture, tout est effleuré, sous-entendue, soumis à l’imaginaire de chacun. Telle une peintre laborantine, curieuse de tout, cherchant de nouvelles approches, Bernadette Vialas découvre de nouvelles « recettes » dont elle seule à le secret. Elle se laisse surprendre au gré de son inspiration. À vous de vous laissez capter par les multiples « silences de la matière ».

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s